Home / Lexique / Précarité énergétique
Agenda
Précarité énergétique
Publié le 15-12-2010
Certaines personnes possèdent un logement, une voiture, du mobilier... tous les signes extérieurs d’une vie confortable. Et pourtant, lorsque le froid revient, elles doivent choisir entre se chauffer et se nourrir convenablement à la fin du mois. On appelle cela la précarité énergétique. Sur le territoire national, au moins 2 millions de ménages habitent des logements peu ou mal chauffés et près de 10 % de la population française est concerné par cette situation. Depuis quelques années, ce chiffre est en progression constante. 

Jusqu’à peu, la précarité énergétique n’avait pas de définition précise en France. On entendait par là la difficulté pour un foyer à payer ses factures en énergies, principalement en chauffage, et à satisfaire ainsi un de ses besoins élémentaires. Il s’agit d’un phénomène complexe relevant de trois facteurs : des ménages vulnérables de par la faiblesse de leurs revenus; la mauvaise qualité thermique des logements occupés; le coût de l’énergie. 

On peut représenter la précarité énergétique comme une spirale, entraînant des effets cumulatifs : 
  • impayés, endettement progressif, coupures d’énergies
  • d’où restriction et privation de chauffage
  • d’où problème de santé (maladies respiratoires...) et problème de sécurité (recours à des chauffages d’appoint)
  • d’où repli sur soi et isolement social.

La prise de conscience du lien entre les problèmes de précarité énergétique et les questions de santé publique se renforce. Des études diverses menées notamment par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) ont mis en avant le fait que «la surmortalité hivernale est fortement liée aux caractéristiques du logement». Deux populations sont spécifiquement touchées : les personnes de plus de 50 ans ainsi que les enfants et les adolescents. 

En France, la lutte contre la précarité énergétique est l’une des promesses du Grenelle de l’environnement qui pour la première fois lui a donné une définition légale. La loi Grenelle II établit qu’une « personne qui éprouve dans son logement des difficultés particulières à disposer de la fourniture d’énergie nécessaire à la satisfaction de ses besoins élémentaires, en raison de l’inadaptation de ses ressources ou des ses conditions d’habitat » est en situation de précarité énergétique.