Home / Lexique / Mortalité infanto-juvénile
Agenda
Mortalité infanto-juvénile
Publié le 23-04-2010

Voilà un terme qui revient souvent dans les articles ou les exposés mais difficile de dire ce qu'il signifie exactement. Cette dénomination un peu obscure est l’un des principaux indicateurs utilisés pour mesurer les taux de développement socio-économique, de santé et de bien-être d’un pays.


La mortalité infanto-juvénile est une statistique désignant le nombre d’enfants morts avant l’âge de cinq ans dans un pays sur une année donnée.  Elle est donc l’addition de deux données :  

  • la mortalité juvénile, qui désigne pour sa part les décès des enfants de un à cinq ans 
  • et la mortalité infantile, qui concerne quant à elle les bébés morts dans leur première année. 


Le taux de mortalité infanto-juvénile s’exprime généralement en pour mille. Par exemple, en 2007, le taux de mortalité infanto-juvénile en Sierra Leone était le plus élevé du monde avec 262 ‰. Cela veut dire que sur mille enfants âgés de 0 à 5 ans, 262 sont morts cette année là. Pour comparaison, en 2007, la France avait un taux de mortalité infanto-juvénile de 5 ‰


La mortalité infanto-juvénile frappe surtout les pays les plus pauvres. Là où les problèmes de nutrition, d’accès aux soins, d’eau et d’assainissement augmentent considérablement les risques de décès pour des maladies éradiquées ou considérées comme bénignes dans les pays développés. C’est le cas de la rubéole, de la diarrhée et du paludisme.


Mais ces maladies ne sont pas inévitables ou forcément fatales pour les enfants qui en sont atteints. La recherche et l'expérience montrent que sur près de 11 millions d'enfants qui meurent chaque année, six millions pourraient être sauvés par des mesures simples, rentables et éprouvées comme notamment les vaccins, les antibiotiques, les moustiquaires et l'allaitement maternel.


Ces mesures constituent le fondement de l'action de l'UNICEF en faveur de la survie de l'enfant qui les appliquent grâce à ses partenaires dans le monde entier