Home / Lexique / Microcrédit
Agenda
Microcrédit
Publié le 08-12-2009

« Aidez cet entrepreneur : ne lui donnez rien ! » Dans une publicité pour un service de MicroFinance solidaire en ligne, on découvre un boulanger béninois à la recherche des vingt euros nécessaires à l’achat du nouveau four qui lui permettra de produire plus de pains.

 

Grâce à un site Internet, vous pouvez lui faire parvenir la somme d’argent, effectuer un suivi du travail réalisé et récupérer la somme prêtée après qu’il ait rentabilisé son investissement. Vos 20 euros pourront être réinvestis dans d’autres projets qui ne demandent qu’un coup de pouce pour exister. C’est le principe de base du microcrédit : prêter - et non pas donner - de l’argent aux plus pauvres. Le microcrédit implique généralement de petites sommes d’argent, le terme « Microfinance » permet donc de différencier ces services de ceux des banques traditionnelles.

 

Mais pourquoi les prêts sont-ils si petits ? Pour quelqu’un vivant dans la pauvreté, une somme d’argent, de l’ordre de 20 à 100€ suffit souvent à faire des miracles. Les services financiers sont donc « micro », afin de toucher le maximum de personnes possibles. Les expériences menées au Bangladesh dans les années 1980 par Muhammad Yunus (économiste et Prix Nobel de la paix) ont prouvé que prêter aux pauvres était plus utile que la charité traditionnelle. Les petits entrepreneurs qui reçoivent ces prêts bénéficient en plus d’un suivi et doivent en contrepartie investir cet argent dans une activité rentable. Résultat : les pauvres remboursent presque systématiquement les prêts et bénéficient d’une meilleure confiance car ils savent qu’ils ont réussi sans avoir recours à la mendicité. Aujourd’hui il existe plus de 7 000 institutions de micro-finance à travers le monde.