Home / kiagi le mag' - reportages / L'autonomie électrique : un rêve exigeant et incontournable
Publié le 22-08-2011 / Dernière édition le 23-01-2012
 
L'autonomie électrique : un rêve exigeant et incontournable
Nos amis d'Heol témoignent de leur expérience d'autonomie énergétique.

Cet article a été écrit par Patrick Baronnet, d'Heol, la maison autonome. Retrouvez ici notre diaporama sonore sur cet acteur du changement.


Ne plus être dépendant du fil qui nous relie au réseau électrique : un rêve réalisable, une conquête accessible au prix d'un réalisme opiniâtre, une expression de liberté.


Pour réussir : une indispensable réflexion


Nous nous inscrivons dans un contexte où les énergies renouvelables ne se réduisent pas à une "vitrine" technologique mais résultent d'une démarche éthique, écologique et responsable.


Il n'est pas si loin le temps des premières ampoules de 40 watts éclairant la cuisine de nos grand-parents, un peu moins loin le temps de nos parents où les "plombs" sautaient quand on branchait le fer à repasser. L'abondance d'aujourd'hui nous fait perdre la notion de limite alors qu'une attention raisonnable pourrait diviser par deux ou trois nos consommations ménagères. Ainsi, nous nous berçons d'illusions à croire que les énergies renouvelables pourraient satisfaire les énormes gaspillages de nos maisons de pays nantis tant la démesure est devenue monnaie courante.


D'autre part, consommer outrancièrement des énergies renouvelables parce qu'on a de l'argent ou dans le but d' investissements rentables ou avantages fiscaux n'a rien à voir avec une démarche d'autonomie qui consiste à s'adapter à la production potentielle du soleil, du vent ou de l'eau, sans frustration ni perte de confort, au prix d'un budget accessible au plus grand nombre.


Pour réussir : une évaluation préalable


La problématique de renvoyer ses excédents d'énergie renouvelable sur le réseau est différente de la démarche d'autonomie. Le choix de rester raccordé au réseau national n'implique aucune contrainte d'économie ou de calcul puisque le réseau électrique, quelle que soit la consommation, compense en permanence le manque de production d'énergie renouvelable. L'autonomie, plus exigeante,implique deux calculs :


- évaluer précisément, à partir du compteur électrique existant, la consommation de la maisonnée sur toute l'année, en particulier pour les périodes les moins favorables  (peu de soleil en hiver, moins d'eau et de vent en été) car aucun recours n'est possible durant ces périodes (sauf énergie du groupe électrogène !).

- estimer à partir du budget disponible, la production de la future installation en fonction des gisements locaux de soleil, de vent ou d'eau.


La production doit au moins égaler la consommation calculée. Cette démarche évidente implique pour beaucoup une remise en cause de leur mode de vie ou carrément l'abandon du projet : réalisme oblige... mieux vaut renoncer avant.


Pour réussir : se faire une idée des chiffres


La consommation électrique moyenne d'un Français pour une année est de 1500 kWh.


Depuis 13 ans, la consommation par personne dans notre "Maison Autonome" en Loire Atlantique se situe entre 300 et 400 kWh/an, soit 4 à 5 fois moins.


En considérant que nous sommes entre 4 et 6 personnes, la maisonnée consomme 1700 kWh par an. Notre production d'énergie renouvelable dépasse légèrement ce chiffre.


L'étude théorique était donc fiable et précise.


Pour réussir : les énergies complémentaire


Grâce aux piles photovoltaïques (P. V.) de 400 Wc, le soleil nous permet d'être autonomes 6 à 7 mois de l'année en Loire Atlantique pour un investissement de 1500 à 2000€ . Sur la Côte d'Azur ce serait 8 à 9 mois d'autonomie. Ce qui signifie que si chaque Français revenait à une consommation des années 1960, les ménages pourraient être autonomes au moins 6 mois de l'année avec ce même investissement.


Grâce à l'éolienne, également de 400 Wc, le vent couvre nos besoins 5 à 6 mois de l'année en période hivernale ce qui signifie que tout le littoral français pourrait prétendre à l'autonomie presque toute l'année et une bonne moitié du territoire pendant 6 mois .


Grâce à la complémentarité des 2 énergies, nous sommes autonomes à 100% avec le soleil et le vent depuis 13 ans et pour longtemps. Dans ces conditions, une grande partie de la France pourrait accéder partiellement ou totalement à l'autonomie par les énergies renouvelable dans le domaine domestique.



Les piles Photo-Voltaïques (P. V.)


Les P.V. s'installent le plus souvent sur le toit, orientées Sud évidemment. Après le calcul précédent, à chacun d'étudier le rapport qualité/prix. Depuis le 29 sept. 2010, les mesures gouvernementales proposent un crédit d'impôt photovoltaïque de 25%, un taux réduit de TVA à 5,5% ainsi qu'une aide de l'ANAH, l’Agence Nationale de l’Amélioration de l’Habitat.


Pour en bénéficier, votre production ne doit pas dépasser la moitié de votre consommation.


La puissance d’une installation photovoltaïque se mesure en "puissance crête", c’est-à-dire la puissance fournie par les panneaux photovoltaïques dans des conditions d’ensoleillement optimal. La production peut varier de 900 kWh dans le nord de la France, à plus de 1 100 kWh dans le sud. Le courant continu produit est de 12 ou 24 volts stockables dans des batteries.


Si les panneaux photovoltaïques sont esthétiquement intégrés à la toiture, EDF rachète votre électricité à un tarif attrayant (0,60 centimes d’euros par kWh). En cas "d'intégration simplifiée au bâtiment", 0,45 centime d’euro par kWh, et pour une installation au sol, 0,32 centime d’euro par kWh.


Le petit éolien : ça se mérite !


Si l'achat et l'installation de P. V. est relativement facile, une éolienne nécessite plus de compétences et d'entretien. Pourtant, les avantages sont nombreux : faible empreinte écologique, recyclage proche de 100%, efficacité énergétique supérieure (surtout pendant l'hiver, la saison la plus exigeante en demande d'électricité), coût de production moins onéreux à terme et fabrication décentralisée.


La législation actuelle décourage les acheteurs, les recherches, la fabrication et l'installation d'entreprises locales. En conséquence il existe peu d'éoliennes fiables sur le marché. Notre éolienne prototype fonctionne de manière satisfaisante depuis 13 ans. Fabriquée par la suite à 9 exemplaires malgré plus de 75 demandes de permis, l'entreprise n'a pas survécu ! Le petit éolien en voie d'achèvement technique est une énergie crédible. Elle attend son heure qui ne saurait tarder car des passionnés expérimentés s'y consacre opiniâtrement. La crise fera le reste.


Une bonne éolienne doit démarrer avec des vents faibles pour fournir de l'énergie le plus souvent possible, donc sensible, légère mais solide, aux pales finement étudiées, perchée haut pour recevoir un vent plus fort et régulier. Le coût varie de 1000 € si vous la construisez entièrement au cours d'un stage à 7000 €, ce qui reste un prix raisonnable si l'on considère les économies futures sur le long terme. Le prix du kWh nucléaire commence seulement à intégrer le coût du démantèlement des centrales nucléaires. Il va flamber dans des proportions impensables.


Le petit hydraulique : simple, efficace


Si vous avez la chance d'habiter en montagne, il existe à des prix abordables (à partir de 1500€ pour 300W en 12 volts) des micro turbines aux diamètres variables en fonction de la hauteur de la chute d'eau et le débit du cours d'eau. Le rendement est étonnant mais dépend de la saison. Comme toujours, le droit, celui sur l'eau datant de la Révolution française, est l'obstacle majeur. Quelques mètres carrés de P. V. ajoutés suffisent à devenir autonome.


Stockage et installation


Toute production d'électricité, centralisée ou non, nécessite un stockage et une régulation afin d'harmoniser la production à la demande. Le nombre et la variété des usagers facilite le "lissage" et la répartition de la production. C'est l'avantage du réseau national avec la contrepartie d'importantes pertes en ligne et d'une possible dépendance citoyenne liée à quelques décideurs.


En revanche, l'autonomie ne recèle que très peu de pertes, garde la maitrise de sa production. Le recours aux batteries est incontournable pour les moments d'absence de soleil et de vent. Il s'agit donc de diminuer au mieux le stockage en assurant la complémentarité des productions (soleil/vent, soleil/eau) en particulier par le biais d'une éolienne sensible qui tourne le plus souvent possible et, côté consommateur, un étalement des consommations en fonction des éléments naturels : il est toujours possible de retarder d'une journée une lessive ou un repassage.


Un onduleur transforme le courant continu : 12 ou 24 volts en courant alternatif 50 Hz 220 volts qui permet l'achat de n'importe quel matériel électrique sans modification.


L'autonomie : l'urgente réponse aux crises énergétiques et citoyennes


Le nombre dérisoire de maisons autonomes (une centaine en France outre les habitations légères) démontre l'invraisemblable légèreté politique et citoyenne à l'égard de la crise énergétique prévisible depuis 40 ans qui va changer la face du monde. Ces maisons sont des symboles de résistances, de précieux laboratoires techniques et humains qui offrent des données ignorées des pouvoirs publics. Elles sont pourtant le ferment d'une réflexion transversale, impliquant de nombreuses compétences et de valeurs qui participeront à la métamorphose inévitable de l'avenir humain.


Patrick Baronnet

Retrouvez ici l'article de Patrick Baronnet sur l'auto-construction.

Radios :
Pierre André Bernard : débat sur l'eau chaude solaire
 
Pdf :
Partager
Facebook Twitter Delicious Netvibes Viadeo Google Digg
 
Suggestions
kiagi le mag'
Maison passive, le confort sans ...
Notes de chauffage trop chères ? Logement humide ? Air ...
 
 
kiagi le mag'
Earthship, rêve ou révolution de ...
En 1994, un village un peu particulier abritant aujourd’hui ...
 
 
Dossiers du mois
Pleins d'infos et d'initiatives pour de nouveau aimer son ...
 
 
Acteur du changement
Collectif au pied du mur
Formation en construction écologique
 
 
Acteur du changement
Heol La Maison Autonome
L'écologie au service d'un projet de vie
 
 
Acteur du changement
La Maison écologique
Magazine sur les constructions écologiques et les énergies ...
 
 
Acteur du changement
Les enfants disent non aux ...
Accompagnés par les associations "la brouette et le panier" ...
 
 
Acteur du changement
Food Sense Tour
Un globe trotter qui devient acteur du changement en ...
 
 
kiagi le mag'
La minute de Rémi : La pollution ...
Découvrez la thématique de la pollution des sols en une ...
 
 
kiagi le mag'
La minute de Rémi : Les déchets
Faites le tour du thème des déchets en BD et en une minute ...